La mal gouvernance d’internet en Afrique : la censure, une aspérité politique. 
319 vues

Internet en Afrique, un outil de libération ou de dépendance ? Il est regrettable de constater que depuis le début de l’année 2023, au moins 05 pays ont été victime de censure de l’internet notamment le Cameroun, le Zimbabwe, RDC, RCA et le Tchad. En fait, l’internet est un outil qui dépasse le contrôle de l’information, le contrôle des Etats Africains. Etant donné qu’ils n’arrivent pas à contrôler l’internet, ils en ont peurs, or les enjeux d’internet dépassent les contingences politiques parce qu’aujourd’hui la jeunesse Africaine utilise l’internet pour se créer des opportunités que l’Etat n’arrive pas à créer pour elle. Ils utilisent l’internet comme outil de créativité pour converser avec le reste du monde, l’Afrique est depuis quelques années visible dans le monde parce qu’il y a internet, qu’ils parlent de l’Afrique, racontent l’Afrique comme ils le vivent et surtout, utilisent l’internet pour partager leurs talents et vendre leurs créativités, mais d’ores et déjà constater que l’internet devient un outil de privation. C’est par exemple le cas du RDC lors des contextes électoraux, 20 jours de coupures d’internet, le peuple n’arrivait plus à accéder à l’internet, à joindre leur famille parce que les autorités ont voulu satisfaire leurs soifs de pouvoir. Pourtant nous savons que lorsque les coupures d’internet interviennent pendant les périodes électorales, elle dégrade la crédibilité du vote et la sincérité également. En outre, l’internet est utilisé en ce moment par la société civile ainsi que les opposants pour pouvoir collecter, centraliser et calculer les résultats sur la base d’image partagée à l’aide des smartphones des procès-verbaux. De toute évidence cette coupure a servi à masquer les fraudes électorales.

Par ailleurs, il y a de cela 5 ou 7 ans que les mouvements des printemps arabes ont commencé notamment à s’organiser sur Facebook pour contester la coupure d’internet. Par contre ces moyens ne semblent être efficaces pour stopper le gouvernement qui pense que l’internet doit avoir des limites, pourtant l’internet a des limites lorsqu’un utilisateur empiète sur la loi ou sur la liberté de l’autre. C’est-à-dire ne pas servir de l’internet pour diffamer, ne pas servir de l’internet pour mésinformer ou désinformer, malheureusement ces principes sont bafoués par des nombreux acteurs, par des gouvernements qui coupent l’internet lorsqu’ils ne veulent pas que la population se manifeste.

En fin lorsqu’on coupe l’internet en Afrique, on empêche beaucoup des gens de se connecter en particulier les étudiants qui se servent de l’internet pour leurs recherches, les commerçants, les PME et les entreprises. Tous ces entrepreneurs, on parle aujourd’hui d’un écosystème qui se forme en Afrique grâce à la technologie. Couper internet, c’est priver le monde du potentiel de l’Afrique, du potentiel que les jeunes Africains ont à donner.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.