La variole du singe : que savons-nous de cette maladie peu dangereuse à l’Homme.
527 vues

Une maladie pas sans doute nouvelle, dernièrement tous les journaux en parlent : la variole du singe. Après ce que le monde vient de traverser avec la pandémie de covid 19, nous nous posons tous la même question : doit-on commencer à s’inquiéter d’une autre maladie ? certainement il y a de quoi se sentir légèrement anxieux quand on entend parler de la propagation d’un nouveau virus. Mais qu’en est-il réellement ? que savons nous sur la variole du singe ? La variole du singe est une maladie rare causée par le virus du même nom, il est de la même famille que la variole mais sous une forme beaucoup moins grave, et selon les experts, les risques de transmission sont très faibles. C’est une maladie qu’on trouve généralement en Afrique centrale et en Afrique de l’ouest et plus particulièrement dans la zone de forêt tropicale. Mais alors pourquoi l’appelle-t-on la variole du singe ? lorsque la maladie a été découverte en 1958, elle a d’abord été repérée parmi un groupe de singes qui était détenus à des fins scientifiques d’où le nom la variole du singe.

       Quels sont les symptômes ?  

La variole du singe dure entre deux et trois semaines et disparait généralement d’elle-même. Les cas sont majoritairement bénins. Mais la maladie peut s’avérer plus grave chez les enfants et les personnes immunodéprimées et il n’existe à ce jour aucun traitement. Il s’agit donc principalement de se concentrer sur la prévention contre la transmission.

       Comment cela se transmet ? 

La variole du singe peut se transmettre à l’homme par le contact avec un animal infecté, tel qu’un singe, un rat ou un écureuil. En ce qui concerne la transmission de personne à personne, c’est beaucoup moins fréquent. Mais la contamination peut se faire à travers des lésions cutanées, les voies respiratoires, la bouches, les yeux.

               Traitement

Il n’existe pas de traitement spécifique pour l’infection par le virus du mpox (variole simienne) qui appartient au genre Orthopoxvirus. Pour se prévenir des symptômes du virus de la variole du singe, il est important de soigner l’éruption en laissant sécher si possible ou en la couvrant d’un pansement humide pour protéger les plaies de la bouche et les yeux. Les bains de bouches et les gouttes pour les yeux peuvent être utilisés à condition d’éviter les produits contenant de la cortisone. Un antiviral développé pour traiter la variole (le tecovirimat, commercialisé sous le nom de TPOXX) a également été approuvé pour le traitement de la variole du singe en janvier 2022.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.