Au Cameroun, une saisie des boissons éclaircissantes. Les médias sociaux au centre des verdicts
762 vues

Affaire Nourane Foster : Nourane Foster, une députée à l’assemblée nationale du Cameroun. Elle possède  une entreprise au nom de Nourishka, une entreprise de vente des boissons breuvages de blanchement de peau. Après la publication de France 24 sur ces produits, l’affaire s’est intensifiée sur les réseaux sociaux et devenue virale. Ainsi, le ministre de la santé publique vient mettre fin à la vente de ces produits illicites sur le sol camerounais.

Internaute : est un utilisateur du réseau internet.
Groupes privés : sont des groupes dont seuls les membres peuvent voir qui est dans le groupe et ce qu’ils postent.
Réseaux sociaux : sont des sites internet qui permettent aux utilisateurs de partager et d’échanger des informations, des messageries, des photos ou vidéos avec leur communauté.

                      
Après la sortie de france24  sur la boisson éclaircissante, plusieurs publication vont faire le tour de la toile des réseaux sociaux.

 

                    Introduction
Dans un journal d’Afrique de france24 publié le 10 Aout 2022, Fait état et mentionne une entreprise de blanchement de peau « boisson éclaircissante au Cameroun : blanchir sa peau, au Cameroun les adeptes du blanchement cutané trouvent désormais leur bonheur dans une boisson. A l’origine, une député ». Dans son journal, elle relève que « cette curieux breuvage, commercialisé depuis plusieurs semaines par celle-ci à l’origine de sa conception. Une boisson sensée éclaircir sa peau, ventée par la députée d’opposition. Depuis le lancement de cette boisson, promet aux femmes une peau blanche ». Après cette sortie déclenchante et dénonçant des boissons toxiques qui, d’après les experts aurait d’effet sur l’organisme humain. De même, jeune active 237 sur sa page Facebook « Nourane Foster comment vous, une élue de la nation pouvez-vous promouvoir des pratiques dangereuses à la santé (la dépigmentation) ».
Pour les internautes comme Brigade anti-sardinard France et Astrid MB, chacun marque un point sur sa page Facebook et intensifie l’information à plusieurs raisons de ces produits de dépigmentation appelée d’autre part le « djansang ».

                  Corps de l’article
Une publication de Cameroun Web de ce vendredi, 12 Aout 2022, « affaire Nourane Foster : en milieu de la tempête de critique, un soutien des plus inattendus lui est donné », une publication qui fait état de la fermeture de l’entreprise Nourishka, une société camerounaise de la députée du parti d’opposition qui vend les produits de blanchement de peau. Pour SNJC Cameroun, « voici le communiqué officiel sur l’affaire Nourishka » ainsi, Bantu Media réitère sur sa page Facebook « affaire Nourane foster par rapport aux produits de blanchiment de peau ». En plus, pour vision business sur sa page Facebook « ce business florissant estimé à des millions de francs, mais qui aujourd’hui la polémique au Cameroun ».

 

Cependant, après tant des publications sur les réseaux sociaux, l’équipe naja tv, invite le ministre de la santé publique Manaouda Malachie a une émission télévisée pour élucider l’opinion publique sur la dangerosité de ces produits. Ainsi, celui-ci tient à préciser que « la manipulation de ces produits pharmaceutiques doivent être prouver par un médecin sur le territoire camerounais. Ces vendeurs utilisent ces produits de manière illicite sur le sol camerounais, nous ne pouvons laisser ces choses circulées librement ».

                       Conclusion
Bien au-delà du journal France 24, les internautes camerounais n’auront pas attendu le verdit des autorités. Sur la toile, ils ont ouvert l’affaire Nourane foster, mais aussi font état de rappel de vérité sur cette dépigmentation. Pour les uns, France 24 et le gouvernement ont rétabli la vérité dans ce qui semblait être pour eux une tentative de répression, pour d’autres, il donne opportunité d’interdire de commercialiser ces produits au Cameroun. Le gouvernement camerounais qui a demandé la saisie de ces produits donne une leçon à ceux qui envisagent de se lancer dans cette activité. Mais au final, dame Nourane Foster à travers les médias sociaux, prononce un verdict de fermeture de toutes ses entreprises de vente de ces produits au Cameroun.

Cette affaire de dépigmentation a coulé beaucoup d’encre et des salives sur le sol camerounais. Elle s’est déportée de la toile au réel et a été l’un des facteurs déclenchant la fermeture des établissement de commercialisation de ces produits de blanchement de peau.
Pendant plus d’une semaine, les médias sociaux ont eu gain de cause à la fermeture et l’interdiction de la vente des produits de blanchement de peau au Cameroun. Plusieurs personnes ont soulevé les néfastes et effets de ces produits sur l’être humain, mais hélas, ces mots n’ont eu aucun d’effet. C’est ainsi que France 24 déclenche les faits et envahit les réseaux sociaux au point où a attiré l’attention des autorités publiques pour une perquisitions de ces produits. De ce qui précède, Griote sur sa page Facebook « en rapport avec l’affaire des produits éclaircissante buvables, la pharmacie de douala perquisitionnée par des équipes sanitaire ce jour ».

              Recommandation.
Les produits de consommation locale ont une valeur inestimable. Mais s’il s’avère que ces produits altèrent sur la santé humaine, les autorités étatiques doivent prendre des mesures drastiques pour contrer ou mettre hors d’état de nuire la population. Cependant, la population qui constitue qui est l’élément composant de l’Etat doit accompagner celui-ci à prévenir les dangers en se collaborant avec lui pour maintenir la paix sur l’étendue du territoire. Mais l’Etat doit aussi faciliter la tâche à la population en mettant en œuvre une stratégie de communication pour mieux appréhender ses notions d’instrumentalisation de maintien afin d’éviter le soulèvement.

                       Lexique
Djansang : produit éclaircissante, une appellation locale.

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.